Mercredi 9 janvier 3 09 /01 /Jan 00:26
Le vélo de triathlon
 
On pourrait simplement dire que la géométrie du vélo rendra la course à pied plus facile. Sur un vélo de triathlon, l'angle agressif du tube de selle, vers l'avant, vous permettra d'utiliser au mieux vos quadriceps. Sur un vélo traditionnel, l'angle plus "détendu" du tube de selle tient compte du fait que les coureurs utilisent beaucoup plus leurs tendons : le vélo de triathlon en fera plus pour soulager ces derniers, les épargnant en vue de la course à pied.
 
 
Tout d'abord posons-nous une question importante : qu'est qui sépare un vélo de triathlon d'un vélo de route ?

La différence essentielle, si on excepte le prolongateur, réside dans l'angle des tubes. Les vélos de triathlon tendent à avoir un angle du tube de selle plus important (74°, voire plus). En d'autres termes, vous vous retrouverez, en selle, beaucoup plus au-dessus du boîtier de pédalier, plus en avant qu'un vélo de route. Cet angle vous permettra de vous trouver dans une position aérodynamique confortable. Se retrouver dans cette position, comme lors d'un Ironman, vous permettra de gagner du temps mais aussi, ce qui est encore plus important, de garder une grande somme d'énergie. Et puis il est beaucoup plus facile de se reposer sur ses coudes que de le faire sur ses mains…*
 
 
· Aérodynamisme
 
Rappelez-vous juste que ce qu'il y a de moins aérodynamique sur le vélo est vous. Ce ne sont pas quelques détails comme des roues ou un casque profilés qui y changeront quoi que ce soit. Plus vous simplifierez votre matériel et la façon dont vous pénétrez dans l'air, plus vite vous irez.
 
Quel prolongateur choisir
L'intérêt majeur du prolongateur est de permettre d'adopter une position plus aérodynamique, en favorisant l'abaissement du buste, et le rapprochement des mains et des coudes … diminuant ainsi le Cx (coefficient de pénétration dans l'air) mais aussi la surface frontale qui entre en considération dans l'amélioration de l'aérodynamisme. Le prolongateur doit permettre également de conserver une position confortable, favorisant ensuite l'enchaînement de la course à pied.
Il est inutile d'installer un prolongateur sur un vélo si d'une part vous ne pouvez l'utiliser, ou si votre position ne devient pas plus aérodynamique.
Le choix du prolongateur adapté n'est pas toujours une chose aisée mais, à la condition de respecter certains principes de base, il est possible de trouver son bonheur parmi les trois grandes catégories suivantes.
 
Il y a trois grandes catégories de prolongateur
Les prolongateurs courts :

Ils sont destinés en priorité à un montage sur un vélo de route. Si l'on considère que la position optimale en terme de puissance et de confort, sur un tel vélo, est obtenue mains aux cocottes et avant-bras en appui sur le cintre, on constate que le prolongateur idéal doit donc avoir les caractéristiques suivantes : 
Sa longueur ne doit pas excéder les cocottes et les repose-bras doivent être le plus prêt possible du cintre. Dans le cas contraire, la position sera trop allongée et trop redressée faisant perdre les avantages liés à l'utilisation du prolongateur !
Par ailleurs, ces prolongateurs courts permettent de respecter la réglementation en vigueur sur les courses avec drafting (ITU, Grand prix, Championnats de France Elite, …).

 

1-copie.jpg

 
Compte tenu de leur faible longueur, leurs repose-bras (quand ils existent, cf.Spinacci) se placent souvent près des poignets voire presque dessous. Il ne faut donc pas en attendre un confort remarquable. Cet élément de confort n'est cependant pas nécessairement crucial car, sur un vélo de route, la répartition des masses fait que l'appui principal est la selle, limitant le poids soutenu pas les bras … par ailleurs, les épreuves avec drafting limitent l'intérêt de la position aéro, donc le temps passé dans cette configuration est parfois assez limité.

Les prolongateurs classiques :

Comme les prolongateurs courts, ceux-ci se fixent sur un cintre indépendant, d'où leur nom anglo-saxon de " Clip on " … mais ils sont plus longs que les précédents, avec généralement des repose-bras plus confortables, tant parce que les coussinets sont plus fournis que parce qu'ils se placent plus sous l'avant-bras que sous le poignet.
Destinés à des réglages plus spécifiques triathlon, avec une position plus avancée que la position classique, ils s'avèrent néanmoins assez polyvalents et il est possible de trouver le modèle adapté, quelque soit la position.
La position horizontale des repose-bras : c'est simplement la distance entre la selle et les repose-bras … Compte tenu de la répartition des masses plus avancée que sur un vélo de route, le poids soutenu par les bras et le prolongateur sera plus important. D'où l'intérêt de placer les repose-bras le plus près possible du coude, permettant ainsi un appui squelettique, plutôt que musculaire et de réduire le porte-à-faux, important sur les prolongateurs courts (voir illustration ci-dessous).

undefined

La hauteur du guidon est secondaire, c'est le prolongateur qui prime … l'utilisation de potences de différentes angulations, d'entretoises, etc. permettra d'avoir une certaine plage de réglage. Néanmoins, attention au moment du choix car dans certains cas, la conjonction d'une douille de direction haute et d'un prolongateur avec des repose-bras hauts interdit d'abaisser le buste suffisamment, gage d'une bonne position aérodynamique.
Note : pour ces 2 critères, le choix de la potence est donc important tant en longueur qu'en angulation.
        Le dégagement des repose-bras : c'est un point très important, souvent négligé mais le contact du genou avec les repose-bras nous rappelle parfois à cette réalité. Rare sur les vélos de route car l'espace entre les genoux et le cintre, notamment en danseuse, reste important, il devient déterminant sur un vélo de tri, car la distance horizontale entre le jeu de pédalier (et non plus la selle comme précédemment) et le cintre est parfois limitée … Il faut donc tenir compte de cet élément pour le choix de la taille du prolongateur et de la potence afin de mettre les genoux à l'abri de ces chocs inopportuns. Remarquez, ce problème concerne essentiellement ceux qui ont un buste court, le choix d'un prolongateur un peu plus court que prévu et d'une potence un peu plus longue, s'il limitera le confort un peu car les repose-bras seront plus avancés sous l'avant-bras, améliorera sensiblement celui de leurs genoux.
           Largeur des repose-bras : là, peu de soucis sur ce type de prolongateur, ils sont tous réglables … dans une certaine mesure.
        La longueur du cintre : pas de mystère pour ce réglage … mesurez vos avant-bras entre l'endroit où vous voulez positionnez votre repose-bras et l'endroit où vos mains le saisiront … pour les prolongateurs réglables en longueur, pas de soucis.
Ces prolongateurs se fixent bien entendu sur toutes sortes de cintres, classique route,

2-copie-1.jpg
3-copie-1.jpg

Les prolongateurs intégrés :

Ils intègrent le prolongateur, le guidon corne de vache et éventuellement la potence …Ces prolongateurs sont donc très spécifiques et apportent généralement un plus en terme d'aérodynamisme, grâce à un raffinement des formes, et en cohésion mécanique, en raison du nombre limité de vis et autres fixations … la contrepartie est le poids, souvent plus élevé que si l'on choisissait des éléments séparés.
Leur choix doit se faire en conséquence car d'une part, en raison de la présence systématique d'un guidon corne de vache, l'utilisation de leviers de vitesses sur le prolongateur est conseillée (en effet, l'utilisation de leviers combinés type STI/Ergopower (Shimano/Campagnolo), si elle est malgré tout possible, pose quelques problèmes en terme de routage des câbles, et donc de fluidité des changements de vitesses et, plus ennuyeux, de freinage).
D'autre part, il y a une interaction importante entre la cadre et le prolongateur adoptés : pourquoi ? … Parce que la hauteur de la douille de direction ainsi que la hauteur des repose-bras auront une influence directe sur les possibilités de réglages de la position aérodynamique, et notamment la hauteur du buste ! Bien entendu, cette dernière remarque est également valable pour les prolongateurs classiques, mais l'investissement plus important dans le cas des intégrés oblige à plus de prudence !

4-copie-2.jpg

 



5-copie-2.jpg

D’après moi le modèle Zipp ou Pro Missile Carbon TT aerobar Straight ne convienne pas pour faire une ironman mais plutôt pour faire un contre la montre avec des distance plus coutre car sur ce genre de modàle les poignées sont repliées et les freins trop bas.

6-copie-2.jpg

7-copie-1.jpg


Des prolongateurs plus coudés sur l’avant comme le Pro Missile Flat Carbon TT Aerobar Curved, le Profile Design, ou le HED avec les poignées de frein qui reste dans l’axe du cintre me semble plus approprié a la longue distance

 
Par IRONMARC - Publié dans : Equipement - Communauté : TRIATHLON DUATHLON BY IRONMARC
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Derniers Commentaires

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés